Michèle Renaud – Prescripteur lutte contre l’illettrisme – Chantier d’Insertion de la Nièvre

Michèle Renaud est accompagnatrice socioprofessionnelle et gère quatre chantiers d’insertion dans la Nièvre. Unis contre l’illettrisme l’a rencontré pour vous afin de lui poser quelques questions :

Qu’est-ce qu’un prescripteur, notamment en matière de lutte contre l’illettrisme ?
Michèle Renaud : C’est un organisme ou une personne qui va établir un partenariat avec un organisme, comme la FOL 58. Ce partenariat est basé sur une méthode de travail et le parcours de la personne.
Qu’est-ce qu’un chantier d’insertion ?
Michèle Renaud : Un chantier d’insertion consiste à lever les freins des personnes sans emploi par une activité économique, de travailler sur un projet professionnel, et de mettre en place des actions qui facilitent le retour à l’emploi.

Quelles sont les activités principales d’un chantier d’insertion ?
Michèle Renaud : Cela va être principalement de l’entretien d’espaces verts, de petits travaux de maçonnerie, de peinture. Le but étant de redonner confiance à la personne par une activité régulière.

Qui vous envoie les personnes sur les chantiers d’insertion.
Michèle Renaud : Essentiellement Pôle Emploi, CAP Emploi, les services sociaux. Parfois, les personnes posent une candidature spontanée.

Quelle est le lien entre le prescripteur et un organisme comme la FOL58 ?
Michèle Renaud : Avec la FOL 58, nous travaillons ensemble à chaque entrée d’un salarié sur un chantier d’insertion. Dans un premier temps, Je vais diriger la personne vers la FOL 58 afin de mettre en place des tests sur leur niveau de base, donc pour faire un positionnement sur l’illettrisme et les difficultés que cette personne rencontre autant en expression écrite, qu’orale.

Pourquoi est-ce systématique ?
Michèle Renaud: Parce qu’étant chargée de réintégrer une personne sur le marche du travail, je dois connaître le niveau de ses savoirs de base afin de pouvoir l’orienter au mieux. Par exemple, si l’on se tenait uniquement à ce que la personne va me dire pendant l’entretien, il se peut que celle-ci me cache ses difficultés, et de mon côté, je la positionnerai sur un poste de travail qui ne correspondrait pas à ces moyens, ce qui la mettrait en difficulté, dans une situation d’échec. Ceci-dit, il y a des personnes qui rentrent sur un chantier d’insertion après un accident de vie, et qui ont un bon niveau d’études. Donc, le positionnement établi une cartographie précise des connaissances de la personne.

Quand il y constat d’une situation d’illettrisme, que faîtes vous ?
Michèle Renaud : Suite aux tests, soit je mets en place une formation, soit des cours individuels avec les bénévoles. Chaque cas étant particulier, un dossier de parcours va être établi et régulièrement des bilans vont m’être remis.

A quelle fréquence êtes-vous confrontée à l’illettrisme ?
Michèle Renaud : Il y a différents niveaux. Néanmoins, je rencontre beaucoup de problèmes d’élocutions ou d’écriture, et moins souvent des niveaux 1 avec une absence de savoirs de base.

Suite à ces formations, quel progrès pour les personnes touchées par l’illettrisme?
Michèle Renaud: Cela va leur permettre de postuler à des emplois qui demandent au moins de pouvoir lire des consignes de sécurité, comme pour un cariste ou en travail dans l’industrie. Ce qui serait impossible en situation d’illettrisme. Surtout, cela va redonner confiance aux gens, et retrouver l’estime de soi.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.